GénéaTom

Chronique d'un jeune généalogiste

Category: #ChallengeAZ2016 (page 2 of 6)

#ChallengeAZ : U comme l’Union fait la force

La généalogie est un loisir solitaire? Pas toujours! Il y a les échanges entre généalogistes lors des réunions de clubs, de salon ou sur Internet, mais quand on travaille en famille, c’est plus sympa.

Lors de mes débuts, après un premier échange avec mon grand-père paternel sur le sujet, il a décidé de m’épauler dans ma quête aux ancêtres. Après lui avoir expliqué les rudiments de recherches sur Internet, il s’est mis à me remplir des arbres généalogiques papiers. Il ne me reste plus qu’à les intégrer au logiciel avec ma rigueur (souvent psychorigide) afin de m’y retrouver. Le seul bémol, c’est qu’en tant qu’ancien médecin, l’écriture n’est pas toujours agréable et facile à lire, mais c’est l’intention qui compte. Mon grand-père s’occupe principalement de sa lignée, mais m’aide régulièrement dans le déchiffrage d’actes anciens.

Et c’est grâce à lui que j’ai découvert quelques pépites sur Internet comme les relevés de la base Rigal dans le Tarn qui référencie les CM avec côtes, date et folio, facilitant le travail de recherche du Fil Ariane.

J’en profite par la même occasion pour remercier le Fil d’Ariane pour l’aide d’apporter aux généalogistes dans la recherches et l’envoi de copie d’acte.

Bref, la généalogie est un loisir souvent solitaire, mais quand l’union fait la force, le plaisir est encore plus grand.

#ChallengeAZ : T comme Transcription error

La généalogie, ce, n‘est pas un loisir toujours facile. Entre les écritures illisibles, les homonymes, l’absence de filiation, les registres absents, il est parfois difficile d’avancer. Mais quand l’administration est-elle contre vous, comment s’y retrouver?L’arrière-grand-père de mon grand-père, Paul Louis MONBLANC fils (Sosa 38) est né le 27 janvier 1840, à Cruzy (34) de Paul-Louis père et Marie-Rose PETIT…. Enfin pas si l’on s’en tient à l’acte de naissance! En effet, la déclaration est faite par Paul-Louis père en donnant comme nom d’épouse la mère de sa femme, Rose ETIENNE.

 
ANMONBLANCPaul.JPG

Acte de Naissance de Paul-Louis MONBLANC – 3E96/7 – vue 59/205

Heureusement, les recensements de population permettent de reconstituer la famille dans le bon sens: Paul-Louis père MONTBLANC, Marie-Rose PETIT sa femme, Paul-Louis fils et ETIENNE Rose veuve PETIT, mère de Marie-Rose. Si vous n’êtes pas perdu, continuons de dérouler la vie de Paul-Louis fils.
 
domiciliation1841

Recensement de 1841 – 6M364 – vue 3/46

Il va se marier une première fois, le 7 avril 1864, avec Marguerite Rose MEJEAN à Cruzy. Bien évidement, il est dit fils de Paul-Louis et Rose ETIENNE, reprenant l’erreur de l’acte de naissance. Un contrat de mariage sera réalisé devant Maitre Jules CAZIS de LAPEYROUSSE à Cruzy le 7 février 1864. Le notaire précise la bonne filiation, c’est-à-dire fils de Paul-Louis et Rose PETIT. La naissance d’une fille, Pauline Marie, le 9 janvier 1865, va combler de bonheur Paul-Louis, mais l’inquiétude va rattraper la petite famille. L’accouchement ne s’est pas bien déroulé, Marguerite, sa femme, décédera le mois suivant, le 9 février 1865. La petite Pauline ne survivra pas non plus, et laissera son père dans une profonde tristesse le 28 août 1865.
 
AMMONBLANCMEJEAN

Acte de mariage de Paul-Louis MONBLANC et Marguerite MEJEAN – 3E96/11 – vue 89/209

CMMONBLANCMEJEAN

Contrat de mariage de Paul-Louis MONBLANC et Marguerite MEJEAN – 2E74/22

Après deux années de deuil, Paul-Louis fils va alors se remarier, en 1868, avec Émelie Béatrice FABRE, une jeune fille d’Agel, commune voisine de Cruzy. Comme lors du précédemment mariage, les indications sur la filiation sont fausses dans l’acte. Un second contrat de mariage est alors passé devant Maître Jules CAZIS de LAPEYROUSSE à Cruzy, le 20 mai 1868, avec une filiation correcte.  La malchance poursuit Paul-Louis, avec le décès juste après la naissance de son fils, Paul Émilien, le 6 février 1870. Émelie, dont l’accouchement a du être compliqué, et dont la tristesse est immense, décédera le 4 mars 1870, à Cruzy.
 
AMMONBLANCFABRE

Acte de mariage de Paul-Louis MONBLANC et Emelie FABRE – 3E4/6 – vue 120/152

CMMONBLANCFABRE

Contrat de mariage de Paul-Louis MONBLANC et Emelie FABRE – 2E74/24

À 30 ans, Paul-Louis aura déjà connu deux mariages, deux naissances et, malheureusement quatre enterrements. Il va alors se remarier une troisième fois, avec Delphine Eulalie PETIT (Sosa 39) le 6 juin 1871, à Cruzy. Sur ce point, enfin, la filiation est correcte, tout comme le contrat de mariage passé devant Maître Léon CALMETTE, le 1er mai 1871, à Cruzy. Le bonheur arrivera avec la naissance de Joséphine Germaine Laeticia (dit Mamé Joséphine) le 13 mars 1875. Mais la malchance continue… Delphine, peut-être des suites d’un accouchement compliqué, va mourir le 30 septembre 1875, 6 mois après la naissance de sa fille. Paul-Louis va alors veiller sur sa fille. J’imagine les mauvais souvenirs revenants hanter mon ancêtre. Il a dû tout mettre en œuvre pour que sa fille survive sans sa mère. Il restera veuf 4 ans avant un quatrième mariage.
 
AMMONBLANCPETIT

Acte de mariage de Paul-Louis MONBLANC et Delphine PETIT – 3E96/11 – vue 136/206

CMMONBLANCPETIT

Contrat de mariage de Paul-Louis MONBLANC et Delphine PETIT – 2E74/25

Le 23 août 1879, à  Ferrières-Poussarou, commune proche de Saint-Chinian, Paul-Louis épousa Louise Joséphine Charlotte Natalie CAUQUIL. Le maire va hésiter dans la rédaction de l’acte. Après avoir mentionné PETIT Rose comme mère, il rayera PETIT pour changer par ETIENNE. Je pense que c’est à la lecture de l’acte de naissance du futur marié que le maire l’a modifié. 4eme mariage et donc 4eme contrat, devant Maître Louis VIALAR de Saint-Chinian, avec la bonne filiation comme toujours pour les notaires.
 
AMMONBLANCAUQUIL

Acte de mariage de Paul-Louis MONLANC et Louise CAUQUIL – 3E105/6 – vue 183/188

CMMONBLANCCAUQUIL

Contrat de mariage de Paul-Louis MONBLANC et Louise CAUQUIL – 2E78/53

Au final, Paul-Louis aura eu une vie compliquée. 4 mariages, 3 enfants dont 2 décédés en bas âge, mais une fille qu’il aura aimée profondément.

#ChallengeAZ : S comme SNCF

J’ai 2 ancêtres ayant travaillé pour la SNCF.

Pierre RIOLS (Sosa 44) le 20 septembre 1844, à Villsavary dans l’Aude, marié à FOUQUES Mathilde. Je ne connais pas encore la date ni le lieu de son décès, même si je sais qu’il est dit retraité à Castelnaudary, en 1912, dans l’acte de décès de son fils Jules.

Théophile DELIGNE (Sosa 54), né le 18 décembre 1832, à Vieux-Condé dans le Nord est mort, le 25 novembre 1895, à Saint-Amand-les-Eaux chez son gendre Nestor LAMBERT. Il s’est marié à Pauline GAUTIER, le 5 mars 1855, à Anzin et je retrouve au moins 2 enfants, Pauline et Alix.

Lors de ma visite au XVe Rencontres généalogique et historique de Mauguio, organisé par la CGL, je me suis rendu sur le stand du Centre des archives multirégionales de la SNCF de Béziers. J’ai obtenu toutes les indications pour pouvoir demander une copie du dossier de carrière ou de la pension de carrière de mes ancêtres.

Après avoir contacté le centre via le formulaire de recherche, j’ai attendu quelques jours avant d’obtenir une réponse. Malheureusement, aucun dossier n’est parvenu jusqu’à nous. On me recommande de contacter le Cercle généalogique des Cheminots (genealogie.cheminots@laposte.net) et les Archives Nationales du Monde du Travail à Roubaix, mais qui nécessite une visite. Ce sera pour une proche fois!

NB: Afin de vous aider dans vos recherches, n’hésite pas à suivre la démarche d’Élise sur son blog Auprès de nos racines.

#ChallengeAZ : R comme nom de famille Rare

Je profite de ce challenge pour lancer des petites bouteilles dans l’océan d’Internet afin de recevoir de l’aide. S’il y a des spécialistes d’onomastique qui peuvent m’aider, n’hésitez pas à me contacter.

Comme on a pu le voir précédemment, la généalogie de mes ancêtres verriers est un véritable casse-tête. Quand en plus on n’a pas d’information sur l’origine d’une famille, cela complique la tache.

Dans le contrat de mariage de Jean de RIOLS et Jeanne Marie de ROBERT (Sosa 1408 et. 1409) passé le 26 avril 1682 devant Maitre François VALLES de. Gaja-la-Selve, il est précisé que Jean est fils de feu Pierre de RIOLS et Suzanne de BOUCAMOND.

CMDeRIOLSJeanDeROBERTGabrielle-1682-04-26-02

Contrat de Mariage de Jean de RIOLS et Jeanne Marie de ROBERT – AD11 3E10926 Folio 31

lan mil six cens quatre vingt deux
et le vingt sixieme jour du moiy davril
dans le lieu de gaja de la selve diocese de mirepoix
senechaussé de limoux regnant louis par
la grace de dieu roy de france et de navarre pardevant
moy notaire et temoins ******
constitue noble jean de robert d une part
et noble jean de riols sieur de monramier du lieu
de la borie cremade des moussans paroisse de ferals
au diocese de saint pons fils legitime naturel
de feux noble pierre de riols et demoiselle suszanne
de boucamond marie dautre lesquels parties
de leur bon gre ont dis *****
*************
signatureboucamond.PNG

Signatures Contrat de Mariage Jean de RIOLS et Jeanne Marie de ROBERT – AD11 3E10926 Folio35

À la fin du contrat, Suzanne de BOUCAMOND signe « Bouquamon ». En revanche, impossible de connaître l’origine de nom, qui pourrait être une clé afin de lier la famille de RIOLS de Gaja-la-Selve et celle de Moussan par le mariage de Pierre et Suzanne.

 

 

#ChallengeAZ : Q comme Qui est qui?

La généalogie n’est parfois pas facile avec des ancêtres qui bougent partout, mais même en étant fixes, certains aiment bien nous mettre des bâtons dans les roues! Direction un bout de branche avec la famille PEYRILLIER.

En 1732, a lieu dans l’église de Saint-Félix-Lauragais, le mariage entre Antoine PEYRILLIER et Henriette PEYRILLIER. En plus du patronyme, on peut noter que les deux pères ont le même prénom: Jean. Sont ils de la même famille? Difficile de le dire avec juste ce mariage. Allons voir les baptêmes.

AMPERILLIER.JPG

AM PEYRILLIER Antoine et PEYRILLIER Henriette – AD31 2E3644 vue 127/196

Antoine est baptisé le 20 janvier 1702, à Saint-Félix-Lauragais. Le parrain sera Antoine d’ALBOUY, sieur de Combecaudes et sa marraine Marie Magdelaine DEFFVAUX, femme de noble Jean Pierre d’ALBOUY. Pourquoi les parents, simple laboureur, ont ils choisit des nobles comme parrain et marraine de l’enfant? Un signe de reconnaissance?

ANAntoinePERILLIER.JPG

Acte de Bapteme d’Antoine PEYRILLIER – AD31 2E3644 vue 24/196

Henriette sera baptisée le 22 septembre 1698, dans la église de Saint-Félix-Lauragais. Son parrain est Jean PEYRILLIER, de la même paroisse et marraine Henriette CALVET, sûrement parente de la mère. Nous retrouvons donc un Jean PEYRILLIER. Il se pourrait que ce soit le père d’Antoine. Si c’était le cas, de devrions nous par retrouver une autorisation de l’Église pour le mariage?

ANPEYRILLIERHenriette.JPG

Acte de Bapteme d’Henriette PEYRILLIER – AD31 2E3644 vue 8/196

Afin de m’achever, on retrouve bien évidemment les actes de décès des deux Jeans PEYRILIER. L’un, en 1747, où il est dit « Saint Feriol » (si je lis bien) et l’autre, en 1754, sans détail supplémentaire….. Que faire? Avez vous des pistes? Je pense qu’il va falloir retrouver d’autres membres de la famille et voire leurs liens.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Older posts Newer posts

© 2017 GénéaTom

Theme by Anders NorenUp ↑

005aabfc82e786eab1520b939b54cd9a(((((((((((((((