GénéaTom

Chronique d'un jeune généalogiste

Tag: challengeAZ (page 1 of 11)

Préparer l’avenir

Puisqu’il est encore possible de prendre des résolutions, je prépare mon année 2018. Cette année sera riche sur un plan professionnel, ce qui implique une forte diminution de mon temps disponible pour les recherches. A moi de trouver les solutions pour continuer à avancer !

Recherches

Terminé les heures passées derrière mon écran ou dans la salle de lecture des archives. Cette année il va falloir ruser et rationaliser son temps. Au programme, technique Pomodoro, technique mise en avant par Sophie Boudarel. Consacrer 15 à 30 minutes de temps en temps sur un sujet, un ancêtre, ma base de données.

Technique Pomodoro - matelem.fr

Du travail, on en a toujours. Tellement que je ne sais pas par où commencer. Je travaille beaucoup à l’envie. Depuis l’année dernière, en débutant l’arbre du côté de ma grand mère maternelle, je n’arrive pas à m’en sortir. Des ancêtres passionnants, des pistes (et du hors piste) qui se croisent et recroisent, du voyage en France, bref je me régale. Mes 3 autres branches sont jalouses, va falloir y remédier. La solution, découper l’année ! 

Janvier à Mars : Branche Briallart
Avril à Juin : Branche Cliche
Juillet à Septembre : Branche Lacombe
Octobre à Décembre : Branche Robert

Base de donnée

Prendre le temps du ménage. Même si ma généalogie est récente et bien organisée (de mon point de vue), un ménage s’impose. Reprendre mes sources en les complétant, mettre à jour et uniformiser mon modèle. En cherchant sur mon arbre Généanet, je me suis rendu compte que ma gestion des sources n’est pas agréable à lire. 

Des sources mal présentées

L’intégration des photos ! Il est temps de mettre une image sur des noms. Pour cela, je vais faire le tour de la famille pour compléter ma base de données ! Sans oublier l’intégration de mes nombreuses demandes (Mairie, Fil d’Ariane) que je n’ai pas encore mise dans mon logiciel.

Blog

Mon cher blog va devoir surmonter cette épreuve. S’il est clair que ma participation au #ChallengeAZ 2018 n’est pas à l’ordre du jour, il n’est pas de même pour les autres. Généathèmes, RDVAncestral, autant de rendez vous capable de me faire écrire. Les articles ne seront peut-être pas nombreux cette année, mais vous devriez me lire de temps en temps.

Je vous souhaite à tous une excellente année 2018, santé et bonheur à vous et vos proches, découvertes et partages pour votre généalogie.

#ChallengeAZ : Z comme Zolie contrat

Quand on passe des mois dans les contrats de mariages de ses ancêtres paysans tarnais, on s’habitue à des dots de quelques livres et peu de matériel. Au moment de mes recherches sur la branche de ma grand-mère maternelle, je suis tombé sur le contrat de mariage de mes arrières arrières grands-parents, Maurice DELAMARE et Amélie AUBERGE. Un contrat passé devant Maitre Charles Firmin AUBERGE, cousin de la future, le 20 octobre 1900, à Melun.

On retrouve premièrement la liste des participants. Le futur et ses parents, la future et ses parents ainsi que sa grand-mère paternelle.
Les articles premier et second définissent les règles du mariages. Le régime matrimonial choisi est la communauté des biens suivant le code civil. Les dettes et hypothèques tenues avant l’union ne seront pas mises en commun.

Extrait du contrat de mariage DELAMARRE Maurice AUBERGE Marie – AD77 69E988

Les articles troisième à septième, vont définir l’apport des futurs.
Maurice apporte personnellement, habits, linges et divers effets personnels, la somme de 2 000 Francs et un droit de bail pour la ferme familiale d’Eprunes. Ses parents apportent en dot pour leur fils la somme de 150 000 Francs.

Extrait du contrat de mariage DELAMARRE Maurice AUBERGE Marie – AD77 69E988

Amélie se constitue personnellement en dot pour ses habits, linges et effet personnels, plusieurs obligations au porteur de la Ville de Paris, du Crédit foncier de France pour la somme de 1500 Francs environ et la somme de 3 000 Francs de la succession de sa grand-mère maternelle. Ses parents lui constituent en dot la somme de 7 000 Francs (en valeur de trousseau à l’usage du ménage) et 20 000 Francs en espèces. Sa grand-mère, veuve AUBERGE lui constitue également une dot pour la somme de 10 000 Francs en avance de donation.

Extrait du contrat de mariage DELAMARRE Maurice AUBERGE Marie – AD77 69E988

L’article huitième à quatorzième vont définir les différents possibilités en fonction des décès, divorces, remplois et autres utilisations.

On est loin des dots de mes petites familles tarnaises. Dans ce cas, il s’agit véritablement de propriétaires terriens aisés, responsables d’une à plusieurs fermes. D’autres contrat sont tout aussi passionnants, listant vaches, ânes, poulet et cochon de la ferme, ce qui donne une image claire de nos ancêtres.

#ChallengeAZ : Y comme xY, dernier mariage de ma ligne agnatique

Comme beaucoup de débutant, ma lignée agnatique a été la première étudiée. Mais ce n’est pas la plus facile! Les actes ne sont pas toujours évident comme l’acte de mariage de Jacques ROUBERT et Marie VENES. Le dernier mariage de cette lignée est celui de André ROUBERT et Marie DONNADIEU à Pardailhan, commune proche de Bize-Minervois. C’est un grand classique dans cette branche, résidence dans l’Aude mais mariage dans l’Hérault!

Famille ROBERT de Bize-Minervois

C’est le 3 février 1655, qu’en l’église Notre Dame de Pardailhan André et Marie se sont dit oui. Les parents des deux familles sont cités. On retrouve Olivier et Catherine PICON(NE) pour les ROUBERT, Jean et Cécile JEAN coté DONNADIEU.

Mariage de André ROUBERT et Marie DONNADIEU – AD34 1MiEC193/1 27/95

Mariage de André ROUBERT et Marie DONNADIEU – AD34 1MiEC193/1 27/95

Pour remonter plus loin, il faudra mettre son nez dans les archives notariales, mais coté Hérault ou Aude? 

#ChallengeAZ : X comme XX, dernier mariage de ma lignée cognatique

Le dernier mariage de ma lignée cognatique ne remonte pas bien loin. Je ne suis pas bloqué, mais c’est la dernière recherche que j’ai effectué dans le cadre de ma mission G7. Ce mariage concerne Adolphe CAILLE (sosa 126) et Sophie RABOURDIN (sosa 127). Il a eu lieu à Sivry-Courtry (Seine et Marne) le 29 avril 1856. L’acte n’est pas présent sur le site des Archives Départementales de la Seine et Marne, mais sur Filae…. Les parents de Adolphe ne sont pas présents puisque décédés, seul son frère Magloire sera témoin. Coté RABOURDIN, on retrouve les parents et deux oncles.

Acte de mariage entre CAILLE Adolphe et RABOURDIN Sophie – AD77 5MI924 151/225

Acte de mariage entre CAILLE Adolphe et RABOURDIN Sophie – AD77 5MI924 151/225

Acte de mariage entre CAILLE Adolphe et RABOURDIN Sophie – AD77 5MI924 151/225

A noter la présence d’un témoin « prestigieux », le Vicomte Justinien Nicolas Clary, député, officier de la Légion d’Honneur et avocat. Il est également le neveu de Désiré CLARY, reine de Suède (1777-1860).

Vicomte Justinien CLARY, député – (c) Wikipédia

#ChallengeAZ : W comme World War I

Vos ancêtres ont vécu en zones de conflit durant la Première Guerre mondiale? Moi aussi.

Les registres de leur mariage ont disparu? Moi aussi.

Quand les registres de l’état civil ne sont plus là, une des solutions est de passer par les registres de l’Eglise.

Le couple Eugène MASSE et Marie GEOFFROY m’a donné du fil à retordre pour combler leur vie. Résidant à Ecordal (Ardennes), les registres ne sont plus là…. surement disparus avec le conflit. La solution est de passer par les registres diocésains. Mais ne faites pas de demande aux archives des Ardennes, ce n’est pas chez eux, mais dans la Marne qu’il faut faire ses recherches.
Après demande et réponse avec le Fil d’Ariane, j’ai obtenu une copie de leur mariage religieux. On retrouve les informations classiques, nom, prénom et date de naissance des mariés, nom, prénom et métiers de leurs parents et témoins.

Acte de mariage religieux de MASSE Eugène et GEOFFROY Marie – AD51 7J406

C’est une des solutions pour passer outre de ces disparitions qui compliquent nos recherches.

Older posts

© 2018 GénéaTom

Theme by Anders NorenUp ↑

ut ut accumsan Donec non ante.