GénéaTom

Chronique d'un jeune généalogiste

Tag: geneanet

Dans les pas de mes ancêtres – l’Église du Trou de Saint-Jean-de-Minervois

Si j’ai une chance en tant que généalogiste amateur, c’est que la moitié de mes ancêtres a vécu dans des lieux proches de mon domicile actuel. En effet, ma branche paternelle est quasi exclusivement originaire de l’Hérault, Aude et Tarn. J’ai donc la possibilité de me rendre sur leurs lieux de vie, marcher dans les pas de mes ancêtres.

Comme première, nous allons nous rendre à Saint-Jean-de-Minervois, une commune bien connue pour son muscat doux. Ce petit village est très récent puisqu’il a pris son indépendance par rapport à Pardailhan, en 1908, en devenant Saint-Jean-de-Pardailhan puis de-Minvervois afin de promouvoir son vin.

Saint Jean de Minervois

Ma lignée paternelle, la famille ROBERT est originaire du minervois et plus précisément d’un hameau audois enclavé dans l’Hérault, la Roueyre. Mais au XVIIè, nos ancêtres ne connaissaient pas encore ce partage napoléonien. On vivait en fonction des paroisses et des seigneuries. A la Roueyre, on est rattaché à Bize Minervois ou Bizan, un village plus bas dans la vallée où coule la Cesse. Pourtant, il existe une paroisse plus proche géographiquement, Saint Jean de Dieuvalle sur la commune de Pardailhan. Rien d’étonnant de voir des alliances se faire plus souvent avec des paroissiens de Pardailhan que de Bize.

Hameau de la Rouyere (Bize est sur la carte au Sud)

Cette paroisse est localisée entre les hameaux de Gimios et Barroubio, dans un canyon ou trou, d’où son autre nom, l’Eglise du Trou. Afin de s’y rendre, il suffit de prendre un chemin toujours existant, longeant le ruisseau de Valien. Ce chemin est chargé d’histoire. Il y a deux cents ans, on peut imaginer les paroissiens se rendre à la messe du dimanche. Le chemin n’est pas facile, les rocailles sont coupantes et glissent sous nos  pieds. J’imagine par temps de pluie…

Descente vers le Canyon de Dieuvalle

Certains chemins se croisent, on remarque des murets de pierre faits par la main de l’homme pour contenir les crues hivernales. La forêt est dense, le ruisseau est à sec en cette période. Puis au loin on aperçoit un bâtiment. Nous y sommes, l’église est toujours là! Elle n’est plus (ou peu) utilisée, on peut y rentrer sans problème, mais il ne reste que l’autel et les peintures murales. Juxtaposant le bâtiment, un cimetière où je m’empresse de prendre en photos les tombes encore existantes.

Église du Trou et le Cimetière.

Les pierres tombales ne sont pas toutes lisibles, présentes, ou debout. On retrouve les noms du coin, MIQUEL, COUGNENC, un soldat Mort Pour la France en 1915. Les plus vieilles tombes datent de la seconde moitié du 19è.

Pierres tombales du Cimetière de Saint Jean de Dieuvalle

À cette époque, mes ancêtres ont migré vers la plaine, mais des cousins sont toujours sur place. Nul doute que c’est dans ce cimetière que ROUBERT André, mon SOSA à la 11è génération, a été enterré en 1694. 

Mort de ROUBERT André, inhumé à Saint Jean de Dieuvalle en 1694 – 1MIEC193/1 folio 14/95

Ici, on vit de l’élevage et de la vigne. Entouré par le massif du Caroux-Espinouse d’un côté et les premières hauteurs de Bize-Minervois, on se situe sur un plateau au sol calcaire blanchâtre, à 200-300m d’altitude. Mais le temps n’est pas toujours clément, les orages d’hivers peuvent faire beaucoup de dégâts. C’est sûrement pour cela que mes ancêtres ont préféré descendre plus bas dans la plaine.

Vignoble de Barroubio à Saint Jean de Minervois

Il ne reste plus qu’à trier mes photos et à vérifier leur présence sur le projet Sauvons nos tombes de Généanet. J’ai marché dans les pas de mes ancêtres.

L’outil d’Intégration Individuelle de Généanet

Depuis quelques mois, Généanet propose une extension WordPress pour illustrer nos articles d’une fiche de nos ancêtres. Passé un peu inaperçu, je vous propose de suivre pas à pas son installation et l’utilisation.

Installation :

L’actuel texte de présentation de l’outil étant en anglais (mais en cours de traduction), je me permets de vous donner les grandes lignes pour l’installation.

La première chose est de télécharger et d’installer l’extension Généanet Embedded Individual. Pour cela, dans le Menu Extensions -> Ajouter, il suffit de rechercher le module.

Une fois installé, il est recommandé de faire la même démarche avec l’application Shortcake qui permettra de faciliter l’intégration de la fiche Généanet sur vos articles. (*)

Lors de la rédaction d’un article, il vous suffira de cliquer sur « Add Post Element ».

Une fenêtre s’ouvrira pour insérer la fiche dans l’article.

En cliquant dessus, il suffira de compléter les informations nécessaire à l’intégration des données Généanet.

Dans l’onglet « URL de la fiche de l’individu » il vous faut renseigner le lien direct du site Généanet.

Le choix du type de lien permet de modifier la redirection de la fiche. Soit vers la fiche ou l’arbre sur Généanet.

Pour ma part, l’intégration sur l’article en cours de rédaction ne fonctionne pas, mais il semble que ce ne soit qu’un bug d’affichage.

Au final, on obtient une fiche simple avec les informations suivantes:

Photo, Nom et Prénons, n°SOSA, date et lieu de naissance, date et lieu de décès et date, parents et lieu de mariage. Ces informations sont intégrables dans toutes les langues de Généanet. 

Alexandre de RIOLS
N° Sosa :
Voir la fiche
Père :
Mère :
Alexandre de RIOLS
N° Sosa :
Voir l arbre
Père :
Mère :

Utilisation :

Cette solution d’intégration de données est vraiment intéressante. Lors d’une monographie ou d’un article avec plusieurs protagonistes, les fiches Généanet permettent de situer et de visualiser en quelques secondes les grandes lignes de la vie d’un ancêtre! Facilement intégrable, on peut les placer au centre d’un article comme à sa fin.  De plus, en utilisant l’API de Généanet, la mise à jour des données sur le site, devrait mettre à jour la fiche de manière automatique.

L’extension étant récente, je félicite l’initiative et la facilité d’utilisation! Par la même occasion, je propose une idée pour compléter les fiches. La possibilité d’intégrer non pas la fiche mais un arbre réduit (2 générations) de nos ancêtres. Dans le cas de récits familiaux, cela pourrait permettre de bien situer les protagonistes. 

Bravo à Généanet, je vous laisse découvrir cette extension!

(*) Si vous n’utilisez pas l’extension Shortcake, vous pouvez insérer le code sans l’espace après le premier cochet: 

[ geneanet-embed-individual url= »LIEN DE LA FICHE » link_type= »FICHE OU ARBRE » / ]

© 2017 GénéaTom

Theme by Anders NorenUp ↑

9a1f34fdc968f4392a99668f55b5cfceuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu