GénéaTom

Chronique d'un jeune généalogiste

#Généathème : Pétronille de mère en fille

La Gazette des Ancêtres nous invite à partir à la découverte des prénoms originaux. S’il n’est pas rarissime puisque présent 3 fois dans ma généalogie, j’ai choisi Pétronille.

Origines

Pétronille est un prénom féminin, dérivé du prénom latin Pétronilla, qui est lui même le féminin du nom Pétronius, un dérivé de Pierre (Petrus). Il a pour variante Pernelle et Perinne. 

En France, ce prénom trouve un interêt au milieu du XVII siècle, porté par environ 0,05% de la population française. Puis ce sera un déclin avec une quasi disparition entre 1930 et 1980. Prénom courant dans le Nord de la France, on le retrouve dans le sud ouest à partir du XIXè siècle puis en Ile de France.

Evolution du Prénom Pétronille entre 1600 et 2010 - Généanet

Sainte Pétronille est une martyre romaine du Ier siècle. Promise en mariage à un notable, elle demande 3 jours pour se recueillir, prier, jeuner et participer aux divins mystères. A la fin du troisième jour, elle fut ravie en extase au point d’en mourir. Il faut comprendre qu’elle aurait atteint une telle union divine qu’elle se laissa mourir, dans la joie d’une conscience pure et tranquille et dans l’attitude de l’adoration.

On retrouve de nombreuse chapelle dès le début de la monarchie française. On célèbre Sainte Pétronille le 31 mai.

Mes ancêtres

Je retrouve le prénom Pétronillle 3 fois dans mon fichier dont 2 sosas. Il s’agit d’une mère et sa fille. 

Ma sosa 491, COUSIN Marie Pétronille Joseph, né vers 1755, mariée à WIDEHEN Jean Baptiste Joseph et décédé le 9 juillet 1819 à Bourthes (Pas de Calais). Je lui connais 2 filles pour le moment dont ma sosa 245.

Mes Pétronille, mère et fille - Hérédis 2017

Sa fille, WIDEHEN Marie Pétronille Austreberthe Louise (un combo de prénom rare) est née le 7 septembre 1782 à Bourthes. Elle va s’y marier avec MARTEL Augustin Joseph, un cabaretier, fabricant de tabac, le 30 vendémiaire de l’an VIII. Ils auront 6 enfant dont César Adrien François mon sosa 122. Comme son père, elle pratiquera les accouchements et sera désignée comme sage femme dans le village de Bourthes. Elle meurt le 8 aout 1832 à l’âge de 50 ans, chez elle, rue de l’Eglise à Bourthes.

Des Pétronille célèbres?

Il existe des Pétronille plus ou moins célèbres ! 

  • Pétronille d'Aragon, fille de Ramire II et Agnès d'Aquitaine. Reine d'Aragon entre 1157 et 1164.
  • Pétronille d'Aquitaine, soeur d'Aliénor d'Aquitaine
  • Pétronille de Bigorre, vicomtesse de Marsan et comtesse de Bigorre entre 1194 et 1251
Pétronille d'Aragon

Bilan de l’année 2017

Quelle année 2017! Sur le plan personnel, professionnel et généalogique, cette année restera mémorable. Voyons l’année généalogique. Début 2017, j’organisais mon année par le biais d’un Généathème.

Coté blog

Le blog a connu quelques améliorations durant cette année. Généatom est maintenant présent sur Facebook et Twitter pour partager et échanger avec les lecteurs.  Réorganisation, visuel, il reste du travail mais la navigation me semble un peu meilleure. Arriver à voir son blog différemment n’est pas chose facile. 

Le contenu a été très variable… Mais j’ai essayé de tenir un petit rythme de croisière, en adéquation avec mon travail. Le #challengeAZ m’a permis de mettre en avant l’Amour dans la généalogie. Un challenge réussit, et plutôt bien préparé de mon point de vue.

Suivi de recherche 2017

J’ai encore beaucoup de mal à partager mes recherches. J’ai cette drôle d’impression que la vie de mes ancêtres n’est pas intéressante…. Il va falloir se faire violence et sortir de ma zone de confort! S’il y a un format que je souhaite développer, c’est « Dans les pas de mes ancêtres…« . Partir sur les lieux de vie de mes aïeux pour mieux comprendre leur environnement. Capturer ses paysages, ses maisons, toucher la terre et respirer leur vie. 

Coté Généalogie

Je voulais me lancer dans la recherche sur le domaine viticole et ce fut un échec. Rien, nada, que dalle…. Pas eu le temps, n’y l’envie cette année de me lancer dedans. Alors oui j’ai appris beaucoup de choses sur le domaine, mais je n’ai pas réalisé de recherche. En fait, je pense que je ne sais pas trop comment m’y prendre. Du coup il va falloir y remédier !

3ème Salon de Généalogie dans la mairie du XVème

En revanche, cette année a été riche de belles rencontres ! Sur Paris principalement, avec début mars le Salon de Généalogie. Une journée riche en émotion, avec de bons moments passés en compagnie de passionnés. J’ai remis ça en décembre avec les Assises de la Généalogie et Généatech. Une journée passionnante en partages, discussions et rencontres ! La généalogie rassemble beaucoup de monde, c’est un plaisir de rencontrer d’autres généalogistes / généabloggueurs.

Fil Rouge 2017

La #MissionG7 a été une réussite. J’ai pu présenter mes résultats en septembre. Si aujourd’hui il me reste des actes manquants, je continue de passer une soirée par mois pour faire le point. A Noël, j’ai pu présenter un arbre complet sur 7 générations à ma famille. Très heureux d’avoir réussi cette mission, ça m’a permis d’étoffer mes branches. 

7 générations sur un arbre papier

Quel programme en 2018? Rendez vous en janvier. En attendant, je vous souhaite une excellente fin d’année.

Généathème : Mon plus grand souvenir généalogique de l’année

Quand je me remémore cette année, il y a un souvenir majeur qui restera graver dans ma mémoire. Il s’agit d’un acte, un simple acte BMS mais pas banal. Ce n’est pas un acte que je cherchais depuis des mois/années, mais juste un qui venait conclure une histoire.

Le lieu n’est pas non plus anodin  puisqu’il s’agit de mon village. Capestang, ce bourg de l’Hérault, à la frontière avec l’Aude. Riche village exploitant le sel de l’étang (d’où son nom « Lou cap de l’estang ») jusqu’au XVIème siècle. Puis le Canal du Midi a ouvert la voie d’une nouvelle source économique, l’agriculture dont la viticulture. C’est d’ailleurs la viticulture qui a permis à mon arrière grand-père, Achille ROBERT, négociant en vin, d’acheter un domaine pour développer ses affaires. 

Pont de pierre sur le Canal du Midi à Capestang

Une date, le 29 juillet, jour de la Sainte Marthe. L’acte est rédigé dans la collégiale Saint Etienne, un édifice dominant le village. Ouvrage gothique majeur, probablement du même maitre d’oeuvre que la Cathédrale de Narbonne. Sa particularité : elle n’est pas terminée. Surement à cause des coûts et de la peste qui a sévis dans la région.

Collegiale Saint Etienne de Capestang

Une profession, pharmacien. Faut dire que les protagonistes se sont rencontré sur les bancs de la faculté. Le hasard fait qu’ils ont tous les deux un arrière grand-père pharmacien. L’un à Paris, l’autre à Saint-Chinian.

Deux familles réunis, beaucoup d’amis et de proches pour célébrer cette union. Une belle fête et de belles images en tête.

Vous l’aurez compris, mon plus beau souvenir est un acte de mariage du 29 juillet de cette année. L’acte d’union avec ma femme, venant ouvrir une nouvelle page de ma vie.

Cérémonie de mariage

Coco, quand la généalogie passe au cinéma

Lors de mon séjour pour Géné@2017, j’ai (par un hasard total) décidé de me rendre au cinéma. Peu de films intéressants, seul le dernier Disney/Pixar retient mon attention : Coco.

Quelle surprise ! La généalogie tient sa place dans ce film d’animation et sa morale. En voici un bref résumé :

Dans la famille de Miguel, la musique est bannie suite à une histoire de famille. Le petit Miguel aimerait pourtant devenir un musicien aussi connu que son idole, Ernesto de la Cruz. Alors qu’il souhaite se lancer dans une audition, Miguel se retrouve propulsé dans le Monde des Morts, un lieu étonnant et coloré. Il y fait la connaissance d’Hector, un gentil garçon mais un peu filou. Ensemble ils vont partir à la recherche de la véritable histoire de la famille de Miguel !

Sans vous donner plus de détails sur l’histoire, le film est touchant et prenant. On retrouve une multitude de parallèles avec la généalogie. Un jeune homme qui se moque des conseils de sa famille, des révélations familiales, la recherche d’ancêtres, bref notre passion est mise à l’avant. Une action principale qui se déroule pendant « Dia des los Muertos », l’équivalent mexicain de la fête de Toussaint.

Je recommande vraiment cet animé, un moment sympathique à passer en famille pour partager et faire comprendre notre loisir préféré.

Filae, l’heure du bilan

Filae, retour sur l'année

Il y a tout juste un an, Filae jetait un énorme pavé dans la mare de la généalogie française et mondiale. C’était une véritable révolution que peu de personnes ne pouvaient imaginer, l’indexation quasi totale de l’Etat Civil français disponible en ligne. Avec cette une nouvelle offre payante (72€/an pour rappel), le généalogiste a à sa disposition un outil formidable pour compléter ses recherches. Qui n’a jamais perdu de vue un ancêtre, un frère ou une sœur ? Aujourd’hui, les témoignages sont nombreux, je vous recommande de jeter un œil par ici :

Chroniques du temps

Voyager avec mes ancêtres

Généatom

Pour Filae, cette révolution n’a pas été sans reproche. Du côté des généalogistes (Français principalement), on a pu voir tous types de commentaires :s

Encore une nouvelle offre payante ! La généalogie doit être gratuite ! Ils ont volé les données des archives ! C’est une copie de genealogie.com ! Ce n’est pas gratuit il faut enregistrer sa CB ! Déçu j’avais déjà fini ma généalogie ! Pas besoin d’eux !
Généalogiste français
Râleur professionnel

Bref les commentaires négatifs sont nombreux… Et si je devais résumer, je pense qu’il y a eu un petit manque d’explication de la part de Filae mais surtout beaucoup de mauvaise fois de la part des détracteurs ! Il ne faut pas oublier que Filae vend un service (l’indexation), qui a un cout !

Mais la gronde est aussi monté par les associations, ces fameux regroupement de personne qui vendent (et oui on paye aussi pour rappel) des relevés qui ne sont pas toujours numérisés et complet… Apparemment il existait un monopole des associations sur ces relevés, puisqu’il semble qu’ils sont les seuls à être compétent dans ce domaine. Je n’irai pas plus loin, mais s’il y a bien un monde qui doit se remettre en question c’est bien les associations de généalogistes.

Ceux qui l’ont vraiment en travers, ce sont les Archives. Profitant d’un vide juridique, Filae a récupéré des images issues de la numérisation et du travail des archivistes. Est-ce éthique ? C’est un autre débat, mais c’est légal. Reste aux archives de mettre en place une nouvelle offre (ce qui pourrait arriver) et je peux les rassurer, j’irai toujours consulter des registres qui ne seront jamais numérisés faute de coût !

Filae aura tout de même réussi une belle mise en avant en enregistrant de nombreux nouveaux abonnés, dont je fais partie. Selon la RFG, dans un article de Mars 2017, plus de 10 000 nouveaux abonnements entre décembre et mars, touchant principalement le grand public ! C’était le but et c’est réussi ! Filae ne s’adresse pas spécialement à des généalogistes de longue date, ayant déjà effectué de nombreuses recherches sur le XIXè siècle (qui est « la partie la plus simple » de la généalogie comparée à l’Ancien Régime). L’importante campagne publicitaire télévisuelle, avec en tête d’affiche Stéphane Bern, a probablement permis l’arrivée de nouveaux amateurs de généalogie (et donc de nouveaux cousins potentiels). Mais Filae continu de casser les codes en proposant au mois d’octobre un abonnement à 29€/an (au lieu de 72€), et aujourd’hui à 35€/an sur Venteprivées.com. Une offre qui permet de prendre le temps de découvrir les atouts de Filae pour 2,9€/mois.

Filae, quel avenir?

 

Un an après le lancement, faisons un point :

  • L’offre n’a presque pas évoluée, les ajouts (majoritairement issus des associations partenaires) peuvent décevoir. A noter l’ajout du recensement de 1906 qui peut permettre de retrouver des ancêtres « récents ». Ce que je regrette c’est l’absence de suivi dans les mises à jour. Il serait intéressant d’avoir un peu plus de détails pour voir l’évolution véritable de Filae.
  • Le prix 72€/an hors offre qui reste supérieure à Généanet (50€/an). Les deux sites étant complémentaires et différents, le coût annuel n’est pas négligeable. Chacun reste libre de choisir. Sans oublier les promotions.
  • Les mentalités, alors là peu d’évolution. Un gros noyau de généalogistes français semblent encore réticents voire agressifs envers Filae. Je lis encore trop souvent de commentaires complètement déplacés, démontrant l’incompréhension de l’offre.
  • Les erreurs d’indexation peuvent être pénalisantes. Mais nous devrions pouvoir bientôt les signaler ou les modifier. 
Détails des mises à jour à développer

Filae, mon bilan

De nombreuses découvertes et c’était le but ! L’utilisation quasi systématique pour ma #MissionG7 m’a permis de me familiariser avec l’outil et de compléter mon arbre. Il faut être honnête, il y a eu des découvertes que je n’aurais pu trouver qu’après de très nombreuses heures de recherches, et encore…

Pour finir, je ne donnerai qu’un conseil, chacun est libre de faire la généalogie qu’il souhaite avec les méthodes qu’il souhaite. Filae n’est qu’une offre parmi une multitude, libre à chacun de l’utiliser.

« Older posts

© 2018 GénéaTom

Theme by Anders NorenUp ↑

d81265ab20a6ced5885746f256e6fcaf&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&